Au fond des bois

Décider d'une promenade pour voir le jaune des colzas, le vert des hêtres mêlé au vert des conifères ... et peut-être quelques fruitiers en fleurs, les retardataires.
Partir, légers, soulagés de quitter le cocon qui nous a abrités pendant les intempéries ! Sans but, au hasard des routes ... Comme la campagne a changé pendant que nous bloguions et rongions notre frein derrière les fenêtres battues par la pluie ! Les colzas ont "tourné", leur jaune n'a plus la même intensité ... Les aubépines blanchissent timidement, mais les champs sont scandaleusement verts. Les vaches broutent avec assiduité, trop contentes de goûter l'herbe nouvelle.
Nous grimpons un sentier bordé de pissenlits, de graminées, puis, sous la futaie, de pervenches et de clématites. L'air vibre d'humidité et les cailloux roulent sous nos pas. Nous nous arrêtons pour souffler et dans le silence, un appel retentit : c'est le coucou !
Inlassable, son chant résonne et nous accompagne jusqu'à la vieille tour médiévale cachée au sein de la forêt.
L'endroit est magique, hors du temps. Mélusine, hennins, fées, l'imaginaire s'emballe. Les grands chênes gardent la tour et les éboulis du village antique.
Quand sur la tour, un chêne plus jeune s'accroche de son pied monstrueux ... quelle dryade l'a protégé pour qu'il puisse y vivre ?

Le coucou chantait-il ainsi au 12e siècle, et quelqu'un l'a-t-il écouté, le coeur apaisé, comme nous en ce moment ?

Commentaires

  1. oh GINE!
    comme j'aime t'accompagner en pensée dans ces futaies !ce que j'aime les jardins paysages, ce sont les plus nature!
    la nature est plus forte que tous les jardiniers .
    Des arbres centenaires, millénaires quoi de plus majestueux, impressionnant,on s'y sent comme dans un edifice de prière, quel qu'il soit, et quand les pierres et batisses s'en mêle...... c'est un réel moment de bonheur IRIS

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien, d'écouter le coucou "le coeur apaisé", toute une philosophie de la vie...

    RépondreSupprimer
  3. Cette année nous n'avons pu faire de belles photos de colza mauvais temps et ensuite le jaune était devenu vert.Mais un champ de colza sous le soleil et avec un ciel bleu c'est superbe
    Tu as fait une belle promenade guidée par le chant du coucou
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Bien sûr que le couocou chantait ainsi au 12e siècle ! ... Mais ce n'était pas le même !

    RépondreSupprimer
  5. Un très beau texte, une invitation à la flânerie et au rêve !

    RépondreSupprimer
  6. Magistralement bien écrit !
    Ma belle-soeur (Eliane) m'a dit de venir par là, le voyage en valait le détour !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !