Moissons


Partis pour une ballade à travers la campagne, nous n'espérions pas faire une si belle moisson ... d'images. Car pendant que nous nous amusions, d'autres travaillaient, malgré le jour de la fête nationale, et malgré le dimanche. L'orage menaçait et la lumière qui ravissait les photographes n'était pas de bon augure pour les blés.



Le temps était lourd, et le ciel bleu ou gris, mais toujours minéral, avec dureté. Les criquets stridulaient dans l'après-midi vibrant. Pas un papillon, quelques mouches importunes ... Les forêts paraissaient noires, tant le jaune des champs écrasait le vert. Le champ crissait sous nos pas et les sauterelles s'enfuyaient dans des arcs crépitants.

Plus loin, dans la chaleur poussièreuse, les machines travaillaient, monstres de métal, avalant leur pitance et déféquant de gros rouleaux animant le paysage. Les hommes semblaient absents ... mais nous n'avons pu nous empêcher de penser à leur dur labeur, dans les débris piquants de la paille et de la sueur.


Longtemps, nous avons tourné, tantôt sur le versant nord, tantôt sur le versant sud de la vallée, sortant de la voiture fraîche pour photographier, et pour faire quelques pas dans l'air raréfié, la tête et les membres lourds de tant de chaleur accumulée. Jusqu'au soir, nous nous sommes émerveillés de cette lumière, de ces paysages et de ces ciels changeants.


Après quelques roulements de tonnerre, l'orage a finalement éclaté dans la soirée, balayant lumière, chaleur et poussière.


Commentaires

  1. Un beau texte qui invite à la balade :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai failli louper le lien "image" trop occupé à lire !
    La terre nourricière ... merci pour ce texte à la Zola.

    RépondreSupprimer
  3. Une lumière que tu rends parfaitement sur tes photos et un très beau texte !

    RépondreSupprimer
  4. It's lovely - such a pastoral scene:)

    RépondreSupprimer
  5. Un texte très juste vraiment en accord avec tes photos.

    RépondreSupprimer
  6. très belle évocation de ces belles journées d'été qui tournent à l'orage et de la nécessité de "faire les foins" avant que la pluie ne les abime. Un joli complément à tes images de l'autre jour.

    RépondreSupprimer
  7. joli texte bucolique
    femme d'agriculteur et peintre amateur j'adore ces ciels d'orages
    mon homme beaucoup moins,l'agriculteur peu tout perdre sous l'orage en 10 minutes...........
    il est finit le temps des durs travaux de la paille piquante , maintenant la machine le fait sans souci, les hommes sont à l'abri dans les tracteurs climatisés !grand merci au progrès
    toute mon amitié Gine IRIS

    RépondreSupprimer
  8. J'aime les meules dorées dans les champs, et sur fond de ciel nuageux c'est extra.
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Beautiful!!
    What a lovely place here~
    Thanks for visiting me too!
    KK

    RépondreSupprimer
  10. Une atmosphère de plein été chaude à souhait,comme une invite à la rêverie,doublée d'un texte en parfaite harmonie avec les images.
    Merci pour ta visite et ton sympathique commentaire.

    RépondreSupprimer
  11. Très agréable ce billet, rythmé par des regards, et des pensées face à la vie, aux paysages. Il est vrai que les travaux dans les prés et champs se font désormais avec peu de monde. Un regret, souvenirs d'enfance, et surtout manque de partage. Mais merci de nous offrir ces moments bien doux. Bonne journée

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !