Masque Gouro

C'est un petit masque, acheté à Ouagadougou, Burkina Faso, il y a plusieurs années. Nous avions été mis en contact avec un "rabatteur" qui devait nous trouver un masque-planche rectangulaire provenant de l'ethnie Toussian. Oh ! nous ne voulions pas un masque de collectionneur, nos connaissances n'étant pas assez pointues en la matière et nous n'étions pas concernés pas le côté sacré d'une telle pièce. D'ailleurs,  notre rabatteur était à peine sorti de l'adolescence et ne devait pas faire le poids sur le marché des antiquités. Mais il disait connaître des marchands capables de nous fournir une copie conforme d'un beau masque. Il a cherché, il a trouvé en deux jours plusieurs pièces ... Je vous présenterai le masque acheté dans un prochain billet. Ne sachant pas jusqu'à quel point nous étions intéressés par les masques - qui sont l'objet d'un commerce intense en Afrique de l'Ouest - il en avait profité pour nous ramener des petites pièces, "faciles à mettre dans l'avion". Rien de bien intéressant et que du vu et du revu. Mais ... en commerçant habile, il laissait traîner quelque chose au fond d'un sac de toile grise, comme si ce n'était rien qu'un chiffon.  Nous avons discuté des masques, de sa région d'origine, de la nôtre, l'heure a passé autour d'un thé dans le hall de l'hôtel. Nous nous sommes racontés des souvenirs du Ouaga d'autrefois, le commerce battait son plein et la sympathie n'était pas de reste.
Finalement, voyant que nous ne faisions pas mine de lui demander ce qu'il avait dans son sac, il a annoncé avoir quelque chose "en cadeau" pour nous, puisque nous étions devenus amis. Il a sorti ce masque jaune et annoncé un prix - presque dérisoire. Frappée par la patine jaune,  le maquillage maladroit, le déséquilibre dans ce visage, je me disais que c'était un truc encore plus touristique que les autres ... mais, l'amitié oblige, nous étions en si bons termes, notre petit marchand disait le vendre "pour lui", à savoir que le masque lui appartenait, nous l'avons acheté ...

Une fois chez nos amis, nous avons montré nos achats, et personne ne semblait connaître le masque jaune - personne n'y était intéressé. Nous avons failli le laisser sur place quand nous sommes rentrés, puis devant le faible encombrement, et par respect pour le petit vendeur  - on l'a embarqué.


Et depuis ... il m'accompagne ! Je l'ai placé dans ma salle de bains parce que son cimier turquoise était coordonné à une lampe et que j'aime le turquoise classique dans les salles d'eau. Mais ... j'avais compté sans le regard de travers, la bouche ironique : il ne me quittera plus jamais. Immédiatement, j'ai pensé à une femme, peut-être à cause du maquillage ... C'est mon image amie du matin : elle me permet de prendre du recul, de voir le beau dans la vie quotidienne.



A la suite d'une publication des mes Images du Jour, un matin où le soleil l'avait embellie, j'ai commencé quelques recherches, et c'est sans peine que j'ai trouvé sa description, son origine.

Masque facial féminin gu (Gouro, Côte d'Ivoire) selon la publication L'Autre Visage, Masques Africains, de la collection Barbier Mueller, de Iris Hahner Herzog, Maria Keskési et Laszlo Vajda. Editions Adam Biro, 1997

Le plus souvent identifié à l'épouse du zamble (masque zoomorphe à cornes), le gu apparaît après les deux masques zoomorphes chargés de régler les différends, de découvrir les sorciers ou de danser à l'occasion des fêtes et des rites funéraires. Le gu se déplace avec grâce et lenteur, et chante des mélodies en l'honneur du zamble. Les masques gu figurent une jeune femme au visage étroit, au menton discret, à la chevelue striée sur une front haut, sourcils arqués soulignés de noir, nez fin aux narines délicates, bouches entrouvertes sur des dents pointues. Les scarifications sont encore une caractéristiques des masques gu. Il y a plusieurs variantes dans le traitement de la coiffure.


J'ai trouvé une description de la fabrication de ces masques sur le site Ivoire Arts, où vous pouvez voir beaucoup d'autres exemplaires de ce masque :

Il est fait en bois d'hévéa et l'artisan va poncer la sculpture brute afin d'obtenir un lissage parfait.
Puis le masque est enduit d'un mélange de kaolin (poudre de calcaire), d'eau et de colle.
Après le séchage, le masque est peint. Chaque ethnie possède ses couleurs (on retrouve en général chez les Gouros : le rouge, le noir, le jaune, le blanc).
Une fois la peinture sèche, le masque est enduit d'un mélange de colle et de bouses d'animaux. Ce qui lui donnera un aspect croûté.
Une fois séché au soleil, l'artisan fait un feu dans le four artisanal. Les flammes sont étouffées afin de dégager beaucoup de fumée.
L'artisan pose le masque dans ce four (le masque va être "oussou"), et cuit à l'étouffée, pendant deux à trois heures.
Ainsi la couleur vive du masque va donner un aspect vieilli. Le masque sera ciré, puis frotté avec du kaolin ou de la cire neutre, afin que les sculptures ressortent

Pour un achat de peu d'importance, j'ai finalement un objet qui a du sens. Je pense parfois au petit vendeur, si jeune, si enthousiaste, faisant si bien son travail ...




Commentaires

  1. Quelle culture Gine !

    La valeur des objets ayant une histoire, un souvenir est bien plus importante parfois car les sentiments n'ont de prix ...

    Merci d'avoir partagé ce coup de coeur !

    Bon WE

    RépondreSupprimer
  2. très intéressante ta description! quel travail pour obtenir un beau maque! Je ne suis jamais allée en Afrique noire, et là j'ai l'impression que tu as ouvert une porte!..... Bon week end . Anabel

    RépondreSupprimer
  3. Ton jeune vendeur t'a fait un superbe cadeau!

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve que le fait de connaitre un peu plus l'origine, la façon de faire d'un objet, le rend plus attachant. Et je comprends d'autant pus que ce masque c'est un "cadeau", qui te ramène près de ce petit vendeur. Bon samedi Gine et Gros bisous

    RépondreSupprimer
  5. Une belle histoire pour un masque très spécial et qui finalement se révèle être tout à fait authentique. J'ai appris plein de trucs. merci

    RépondreSupprimer
  6. Une belle histoire et puis..., je trouve que ce masque a une fonction magique puisque, dès le matin, il te permet de voir du beau dans la vie quotidienne !

    RépondreSupprimer
  7. Ce masque est beau et te met de bonne humeur dès le matin alors c'est un précieux cadeau que t'a fait ce petit vendeur
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Ce genre d'histoires me fend le coeur. Merci pour ce moment de rencontre et d'apprentissage.

    RépondreSupprimer
  9. Un masque qui n'a pas tout masqué puisque tu as découvert plein de belles choses sur lui
    tes images d'hier dimanche et celle d'aujourd'hui sont de pures merveilles !

    RépondreSupprimer
  10. Un poste qui intéresserait un ami collectionneur de masques. Il m'en avait prêté pour une vitrine culturelle.
    Il y a deux ou trois ans , j'était allée voir une expo sur des masques d'une ethnie chinoise. pour lui ramener de la documentation. Grâce à sa passion, j'ai découvert le musée Jacquemart André, un Louvre en miniature.

    Dîner dans le resto sous les fresques du plafond, est souvenir, je ne vous dis pas Madame. L'histoire de ce couple ancien propriétaire de cet hôtel particulier est magnifique. Le prince et la bergère.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !