dimanche 29 septembre 2013

Un bouquet pour un dimanche 28

La pluie était annoncée, elle a juste mouillé le jardin... mais le ciel est bas, le brouillard s'évapore lentement. Novembre semble arriver avant l'heure...
Mais j'avais prévu ce coup bas du climat et c'est hier soir que j'ai cueilli quelques dahlias dont les têtes lourdes menaçaient de casser sous l'eau, quelques cosmos roses qui dépareillent le massif jaune et blanc, et les premiers asters...

La lumière grise - l'absence de lumière, carrément - m'a gênée pour prendre la photo et le grain est bien visible, mais au moins on voit les fleurs dans leur vraie couleur.

Cosmos roses, asters Saffire et September Rubin, Dahlias Aramis et My Love (blanc), quelques branches de Physocarpus pour structurer et voilà, l'automne est dans la maison!


Bon dimanche à tous !

mercredi 25 septembre 2013

Intervalle

L'île, comme une construction miroitante de l'esprit, masse indistincte posée sur la nappe dont le bleu intense alarme l'instinct terrien... La découverte d'un monde que l'on imagine préservé puisque à l'écart du continent fait naître des émotions, entre aventure et besoin de connaître.

Le bateau, voilier ou navire, reste le moyen privilégié pour accoster en douceur... Mais auparavant, c'est la bousculade, les cris, les rires... une joyeuse empoignade entre ceux qui débarquent et ceux qui embarquent, entre véhicules et piétons.
Port de Mykonos
Pour retrouver la sérénité promise, il faut essayer de s'isoler, et laisser son regard errer sur le sillon profond, s'amuser du vol acrobatique des mouettes et scruter la mer, dans l'espoir de voir les énigmatiques dauphins accompagner le navire.

Malgré le brouhaha des discussions, le bruit des moteurs, les vibrations, le temps semble suspendu... Nous voguons entre deux mondes, comme perdus en mer, le vent refroidissant nos fronts. Nous serons bientôt prêts pour appréhender l'île, tout neufs, comme lavés de nos souvenirs.
Port de Diakofti, Kythira

mardi 3 septembre 2013

Vieille Ville

Je l'avoue, j'ai tourné la page du calendrier avant la fin du mois... Curiosité sans doute, mais aussi, souci de savoir comment j'allais m'en sortir! Les hauts lieux touristiques présentés dans le calendrier, je les fuis, comme la plupart d'entre vous. De plus,  je dois poster cet billet en différé pour cause de vacances début septembre... j'avais mon excuse pour anticiper mon article.
Vieille Ville de Bienne par   par Siegried Eigstler
J'ai donc découvert que la Ville de Bienne avait une vieille ville qui paraissait fort jolie! Comment, je ne le savais pas? Et bien non, je n'y avais même jamais pensé, alors que cela tombe sous le sens. Mais Bienne était restée pour moi la ville bilingue et industrielle par excellence. Je ne la croyais que moderne. Quant aux habitants, j'en avais côtoyé quelques uns, mais aucun ne m'avait parlé des beautés de sa ville. Leur particularité était leur accent reconnaissable entre tous. D'ailleurs, les mauvaises langues disent qu'ils ne savent bien parler ni l'allemand, ni le français. Basse vengeance des monolingues contre les chanceux bilingues de naissance!
Je suis donc partie, pour découvrir ce que je ne savais pas de cette ville. Un dimanche, tout paraissait désert, comme sur la photo du calendrier ...
Zunfthaus der Waldleute, (La maison des forestiers) à gauche et l'Eglise réformée
Une vieille ville pleine de verdure, de fontaines, de terrasses bistrots, où l'on respire un air de vacances... un air du sud. Peu de monde, je vous l'ai dit, un dimanche, mais beaucoup de détails font preuve d'une belle vitalité : plantes en rideaux, petits objets du quotidien, anges ou sorcières - les fenêtres sont souvent garnies!

Restaurant Pfauen
J'ai d'ailleurs fait de belles rencontres, comme l'oiseau emblème et enseigne du restaurant Le Paon

et des monstres aquatiques ornant les vieilles fontaines, tels cette sirène sur la Fontaine du Banneret

ou des allégories terrifiantes, comme celle de la Fontaine de l'Ange

Je reviendrai voir la belle endormie, en semaine, pour mieux profiter de son côté italien, arcades et terrasses...

Tous les arbres...

... ne sont pas verts et conifères pour la Noël! Ce bouleau en habit de fête a su tromper sa solitude dans le matin givré. ...