Un bouquet pour un dimanche 35

Finis les gros bouquets des plantes de jardin, finie la profusion! Petit passage chez le fleuriste pour un bouquet d'anniversaire d'une amie, avec en tête, pour mon seul plaisir, un bel oeillet cireux, posé seul dans un vase, un oeillet nénuphar...
"J'en ai des violets à la chambre froide". Mon coeur a fait un saut: "oh oui!". Hélas, le bel oeillet n'était qu'une pauvre petite tête malingre sur une longue tige de 70 cm! Déception... "Nous n'avons plus de gros oeillets, le Hollandais (sic) ne nous en livre plus". Mais où va donc le royaume ?
Alors un autre oeillet rouge et un autre oeillet rose... La petite fleuriste en avait les yeux tout écarquillés et m'a prise pour une vieille folle... euh... M. Gine n'en pensait pas moins!
Trois grands coups de ciseaux sur ces tiges démesurées, et quelques feuilles de Ficus benjamina plus tard, j'avais presque le bouquet dont j'avais rêvé....


L'oeillet rouge est le plus grand et il est... sans parfum lui aussi. Tout se perd.


De la couleur donc, et toujours ces froissements de jupon que j'adore chez cette fleur tant décriée parce que tellement mal utilisée.


Le vase a une histoire, lui aussi! Il m'accompagne depuis tant d'années... Il a été mon premier "vrai" vase. A peine sortis de l'adolescence, nous étions entrés dans un magasin de meubles fort réputé pour "voir" les prix d'une installation dans un studio. Traités comme des pékins, sentant le mépris des vendeurs devant le peu de moyens dont nous disposions, nous avons été laissés à l'abandon dans des entrepôts de meubles désertés. La colère étant parfois bonne conseillère, j'avisai ce vase bleu aux reflets rouges, très lourd, mais pas trop pour ma besace, et m'en emparai. Un larcin que je n'ai jamais regretté - et qui ne m'a jamais encombré la conscience! Presque 50 ans après, il est chez moi, intact, toujours aimé, régulièrement fleuri!
Vous le voyez ICI  dans le soleil, sous un autre jour...
Vivement que la mode des oeillets reviennent!

Bon dimanche à tous

Commentaires

  1. ce mépris des vendeurs me rend aussi furieuse...quoique je n'ai pas eu ce bel audace !
    les œillets j'aimais leur parfum, je regrette leurs mauvaises réputations, leur froufrou sont si attirant
    bon dimanche

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien aimé l'histoire de ton vase. Une belle revanche qui dure ! Quant au bouquet, moi aussi j'aime les oeillets, mais ici.... Ils ne passent pas l'été.

    RépondreSupprimer
  3. C'est et je le dis sans rougir aucunement l'habitude d'Antoine quand on ne le calcule pas.
    Nous avons comme cela à la maison dans la vitrine de petits objets qu'il a chapardé dans des boutiques et qui sont pour nous autant de souvenirs savoureux.
    Viens me voir pour les œillets ici ils sont encore très beaux et sentent encore l'œillet, c'était la fleur préférée de ma maman
    J'ai une belle photo multicolore d'un champ de cette fleur prise à la frontière italienne.
    Ton bouquet est braiment très élégant.
    Gros bisous Gine.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien les œillets, avec une préférence pour les œillets de montagne, bicolores et à l'odeur entêtante...
    Comme je le dis souvent : un parfum d'enfance !
    Très belle soirée, Gine, amitiés.

    RépondreSupprimer
  5. un bouquet des années 50...il me fallait toute une vie pour aimer les oeillets .. mais maintenant j'adooore!

    RépondreSupprimer
  6. J'ai déjà piqué des bonbons dans les boutiques quand j'étais gosse j'ai jamais pensé à piquer des vases !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !