mardi 22 octobre 2013

La mer, enfin

Allais-je sur l'île ignorer la mer? Non, j'aime trop le littoral pour cela!
Et l'île avec ses sortilèges intérieurs savait bien me rappeler du haut de ses montagnes qu'elle était encerclée par l'élément liquide!
Kapsali, depuis  le château de Xora
Impossible de l'oublier! D'ailleurs, les chemins de terre semblent tous mener au bord des falaises, ou dans de petites criques...
Monastère de la Panagia Mytidiotissa
Les champs jaunis par six mois de soleil déboulent sur des paysages plus rafraîchissants, loin de  la chaleur sèche des paysages de garrigue et de rocaille.


La mer a aussi ses sortilèges minéraux et il est bon de marcher sur de longues plages désertées en septembre, choisir quelques galets, laisser tremper un pied paresseux dans l'eau tiède... Rêver dans la brise.


Des cormorans, ces oiseaux qui ne sauraient se passer de la mer, dressés comme un symbole de l'univers marin,  n'ont même pas été dérangés par ma présence.


Le bord de mer est lui aussi un lieu de nature qui me convient, même si je me méfie de l'élément liquide, trop étranger pour moi.
D'ailleurs, un reliquat de vacances heureuses dans le sable, vient conforter mon bonheur d'être dans l'été.




lundi 21 octobre 2013

Le Mont Niesen


Vous rappelez vous mon article du mois de juin? En feuilletant le calendrier suisse, j'avais découvert le Mont Niesen et me promettais d'y aller voir de plus près!
C'est en automne que j'y suis allée, profitant du temps merveilleusement ensoleillé de l'été de la Saint-Martin... Tout d'abord, je ne l'ai pas reconnu, toute occupée à contempler les couleurs et les brumes qui adoucissaient le paysage.


Puis la pyramide s'imposa, cône sombre dominant la brillance du lac

ravissant la vedette aux Alpes bernoises enneigées, plus à l'arrière. Un paysage grandiose, ombres sculptées par le soleil, et légère brume qui en plein midi signale l'automne mieux que les feuillages à peine effleurés par le pinceau d'or.

Derrière moi,  un pays de carte postale, des forêts, des alpages, des chalets avec géraniums aux balcons encore, des bruits de sonnailles, une campagne tranquille... plus loin,  un arbre en robe jaune...



Je vous reparlerai du Mont Niesen : on peut le gravir en train!


dimanche 20 octobre 2013

Un bouquet pour un dimanche 31

Dimanche, à nouveau! Les jours filent, ils courent vers l'hiver, et j'essaie de les suivre en préparant, du mieux que je le  peux, le jardin pour les grands froids et pour le printemps prochain. Apports de terreau au pied des rosiers, plantation des bulbes, taille des grandes vivaces, je suis bien occupée, avant toujours autant de plaisir.
Derniers soleils des Rudbeckia Marmelade, si lumineux en cette saison... quelques dahlias, de plus en plus petits, des asters...


J'ai chapardé chez mes voisins amis dont la maison est à vendre quelques branches de troènes qu'un paysagiste viendra saccager "beau carré" dans peu de temps -  et j'aime leurs fruits noirs dans ce bouquet lumineux. Pas de parfums sur ce bouquet pourtant, les asters si mellifères pourtant n'apportant aucun fragrance dans la maison...


Le vase est un vase de verre opaque au maillage doré délicat - un peu précieux pour ce bouquet plus champêtre que raffiné, mais son ouverture généreuse permet un bel étalement des grosses corolles...

Bon dimanche à tous !

mardi 15 octobre 2013

Terrienne en l'île

A peine débarquée sur l'île, je m'attache à "reconnaître" les garrigues que j'aime arpenter... je me raccroche au terrain, aux plantes, aux arbres, comme pour éloigner l'immensité maritime!



Je n'aime jamais autant la mer que quand je peux lui tourner le dos, aller sur les monts et les collines qu'elle a enfantés, ignorant la masse liquide angoissante, pour mieux respirer l'odeur des herbes écrasées, origan et thym mêlés, avec parfois une pointe de curry...
Découverte des villes anciennes qui semblent oubliées dans la vibration de la chaleur et le bruissement des  graminées et des criquets et
Paléochora, Cythère
des innombrables églises de pierre, désormais fermées, mais que parfois une main pieuse vient fleurir.
Sainte Barbara - Aghia Varvara, Paleochora, Cythère
Il faut un signe du ciel pour s'arracher à la fascination et au silence ambiant et reprendre le chemin cahoteux


qui longe des précipices où la végétation semble renaître, profitant de leur relative fraîcheur,


jusqu'à la cascade mythique, bien maigrelette en fin de saison.
Mylopotamos
Et ce n'est que bien plus loin, que le bout de la terre apparaîtra,  l'île semblant se perdre dans un tourbillon émeraude.


Par ses paysages campagnards, l'île m'apprivoise, m'amenant à accepter son insularité et à me donner envie de découvrir ses côtes.

dimanche 13 octobre 2013

Un bouquet pour un dimanche 30

Sera-t-il le dernier bouquet de la saison? La neige est bien bas sur la montagne en face, la pluie tombe très froide et les fleurs ont de la peine à survivre dans la maison après tout ce froid qui les a vidées de leur vigueur.
Cette année, peu de roses au jardin... donc peu de bouquets de roses, alors que je les aime tellement lorsqu'elles s'alanguissent dans des vases, perdant leurs pétales un à un, parfumant délicatement l'ambiance...
Ne rêvons pas, l'été est passé! L'automne leur a piqueté les taches du froid sur les joues, tels des éphélides sur les joues des sportives...
Trois vaillantes roses qui se sont ouvertes au jardin sous le froid et la pluie, soit Sahara, Evelyn et Augusta Louise, toutes les trois entre rose et orange, avec beaucoup de délicatesse pour Evelyn et beaucoup de détermination pour Sahara. Augusta Louise est plus discrète: c'est sa première année au jardin.

Roses Augusta Louise, Evelyn et Sahara
L'une est turbannée, l'autre est juponnée et Sahara ne joue que la couleur, ses pétales formant une coupe plus classique. Les petits asters chiffonnés soutiennent l'ensemble et font la liaison entre les trois belles...



Bon dimanche à tous !

dimanche 6 octobre 2013

Octobre au calendrier

Un automne flamboyant, voilà ce que suggère le calendrier d'octobre! Avec la photo de ce Lac Saoseo, dont les couleurs semblent sorties de la palette d'un peintre fou, il semblerait que la brume n'atteigne jamais les vallées alpines.

Reflet paysager dans l'eau dormante du lac Saoseo, Poschiavo, par  Paul Minder
Mais peut-être ne s'agit-il que de relever le moral des consommateurs urbains pour leur permettre de croire à un été indien glorieux et rutilant?
Ou est-ce parce que ce val Poschiavo a déjà la douceur propre à l'Italie? Le découpage de la frontière seul nous permet de nous croire en Suisse. L'architecture du Borgo de Poschiavo est semblable à celle des villages italiens de la vallée voisine.

Je n'ai aucune photo personnelle à vous proposer... cet endroit étant trop éloigné pour y faire une simple balade, et bien trop proche pour y passer quelques jours.

Pourtant, l'automne semble y être assez fantastique!


Un bouquet pour un dimanche 29

La pluie a chahuté le jardin toute la nuit, et ce matin les dahlias pendaient lamentablement au bout de leurs tiges brisées. J'en ai fait une brassée que j'ai soigneusement débarrassée des mini-escargots et autres perce-oreilles avant d'en fait un gros bouquet tout ébouriffé et trapu.
Non, je ne voulais pas vous montrer un énième bouquet court sur pattes, comme je les aime au grand dam de M. Gine. Alors, j'ai choisi le dahlia le moins abîmé, à la couleur encore pétante, quelques branches de Calicarpa (jolis fruits en grec ancien) et d'asters...


Posés dans un vase de verre violet, un bouquet plus dépouillé, plus élégant, mais pas trop figé, juste un peu désordonné ...


Bon dimanche à tous

Grelots, pompons

C'est le temps revenu  du souvenir des collines dorées par les brassées odorantes Grelots, pompons, houpettes poudrées au parf...