dimanche 23 février 2014

Un bouquet pour un dimanche 41

Une nouvelle dizaine de bouquets entamée par un mini-bouquet... Un de ces bouquets de printemps à qui je dédie une série de tout petits vases, de verre, de céramique, un peu kitsch, un peu rétro, juste calculés pour les tiges courtes des premières fleurs qui n'ont pas encore eu assez de chaleur pour hisser leur tête au-dessus des feuilles!


Dans un panier de verre moulé, quelques brins de bruyères et quelques feuilles d'heuchères soutiennent les Viola cornuta aux couleurs variées, piquées de perce-neiges encore toutes serrées!
Tout un micro monde qui fait la nique aux gels nocturnes qui ont repris... les bruyères et les perce-neige parce qu'elles ne les craignent pas et les viola qui savent renaître et quitter leur air fripé dès les premiers degrés de chaleur.


Plusieurs fois par jour, je me penche pour respirer le parfum délicat de la pensée... Savez-vous que chaque couleur a sa propre fragrance, et les yeux fermés, les sens en éveil, j'essaie de deviner la couleur de la belle...

Bon dimanche à tous !

dimanche 16 février 2014

Un bouquet pour un dimanche 40

Cette semaine a été placée sous le signe de l'intérieur, et sous le signe des fleurs... Non, pas la fleur rouge de la traditionnelle fête des amoureux, mais sous le signe de la rose tendre... Un bouquet de fleuriste remanié, mais pas trop.


Un anniversaire de mariage, tout en douceur, bien représenté par ces roses au coloris délicat et le Lysanthus mauve léger lorsque à peine éclos qui deviendra de plus en plus intense et violet, ma couleur de prédilection, à pleine maturité. Quelques Eringum pour dire que les épines ne sont pas graves, que le bleu gagne toujours...


Posé dans un vase choisi à deux, le classique verre de Murano, à base ronde et encolure rectangulaire dont la torsade accroche la lumière émeraude.

Que votre semaine soit aussi douce que la mienne et

Bon dimanche à tous !

lundi 10 février 2014

Vitra Design Museum

Pour faire suite à ma photo de la semaine du samedi 8 février sous Les Images de Gine, quelques impressions de ma visite à ce haut lieu du mobilier design.
Dés l'arrivée sur le site à Weil am Rhein, j'ai eu l'impression d'un monde à part, un monde créé pour la beauté, malgré une zone industrielle  hideuse et très grise sous la pluie, qui sert d'écrin à un bijou parfois déroutant, mais toujours intéressant.

Vitrahaus de Herzog et Meuron, 2010
Je n'ai pourtant visité que les deux bâtiments ouverts librement au public, ayant renoncé à la visite guidée (allemand et anglais) architecturale des bâtiments comprenant usines, campus, pavillon de conférence, me promettant de revenir et d'y consacrer les deux heures nécessaires.

Vitra Design Museum de Frank Gehry, 1989
L'exposition Lightopia qui se termine ces jours m'a passionnée, bien que je ne sois pas venue pour elle spécialement, mais bien plutôt pour les meubles design. La lumière sous toute ces formes, avec une mise en scène particulièrement soignée, qui laisse bien augurer de la haute tenue des expositions réalisées. Aucune photo autorisée...
Je me suis rabattue sur la Vitrahaus, qui est la vitrine de la production de meubles design, copies de la collection importante du musée. Les designers les plus représentés sont Charles et Ray Eames, Alexandre Girard, Anton Lorenz, George Nelson et Verner Panton dont vous trouvez les biographies et les créations en cliquant sur le lien.

Cet extraordinaire empilement de cubes percés de grandes baies vitrées sur toute leur hauteur et articulés autour d'un escalier blanc monumental a permis de créer des pièces à vivre, des espaces d'exposition, où chaque chose semble être à sa place.



Rapidement, le sens de l'orientation ne peut se raccrocher qu'aux grandes baies vitrées ouvrant soit sur le parking, soit sur la zone industrielle, soit sur la campagne environnante et c'est une balade dans un labyrinthe qui semble ne devoir jamais finir, chaque cellule offrant une découverte, couleurs ou formes connues mais dont la mise en valeur n'est jamais sous estimée.


Malgré l'espace, l'impression est très cosy, lumières et décorations donnant l'impression que l'on pourrait vivre là. Il est de plus permis de toucher et de tester les meubles, ce que tout le monde fait, sans pouvoir résister à l'attrait des ces ambiances parfaitement recréées.


J'ai eu un faible pour ce salon "safari", mais je me serais bien vue dans l'intérieur ci-dessous, plus urbain, tout en vert bouteille et tabac...



Les enfants n'ont pas été oubliés, et leur coin est coloré et joyeux!


Il y a eu bien sûr les inévitables coups de coeur, soigneusement notés pour des jours de meilleure fortune,

LCM, Charles Eames, 1945
ou des fauteuils que l'on trouve beaux, et dont on ne peux plus se relever !

Et les pièces  les moins connues, 
Coconut Chair, Georges Nelson, 1955
côtoient les plus fameuses, mais toujours dans une mise en scène extraordinaire.
Verner Panton, à gauche:  Heart Cone Chair, 1959 - à droite: Panton-Chair 1957-67
Et enfin, l'exposition des chaises sur une étagère géante. J'en ai essayé plusieurs, et il est difficile de faire son choix, sachant que pour chaque réalisation, il est possible de voir et de toucher les tissus ou les cuirs dans lesquels elle peut être fabriquée.


Je suis enthousiasmée par l'esprit rigoureux des présentations, tout en m'étonnant que dans cette région des trois frontières Allemagne, France et Suisse, les commentaires et explications ne soient donnés qu'en allemand et en anglais. Je pense que c'est le seul bémol que je mettrais à cette visite que je ne peux que chaudement vous recommander. Un lieu d'exception!

dimanche 9 février 2014

Un bouquet pour un dimanche 39

Des tulipes déprimées et des jonquilles pas très vaillantes, voilà ce que m'offrait le centre commercial cette semaine... Alors, je me suis "rabattue" une fois encore sur un classique, la rose "fair trade", celle qui fait mon bonheur pendant les jours de novembre et décembre... Un petit tour au jardin, un autre dans ma réserve de vases, et un petit bouquet pour le bout de la table de ce dimanche qui s'annonce ici aussi pluvieux.


Quelques boulets de lave noire accompagnent ce vase japonisant de porcelaine plissée.


Peu de couleurs, mais l'odeur de camphre du thuya, mêlée à celle plus discrète, mais combien plus vanillée de la viorne, seule fleur du jardin en ce timide début de printemps.

Bon dimanche à tous !



dimanche 2 février 2014

Un bouquet pour un dimanche 38

Non, pas de descente dans le jardin enneigé ce dimanche! Tout est blanc et courbé par la couche lourde...

J'ai acheté jeudi déjà quelques jonquilles toutes serrées dans leurs tépales fins tel du papier de soie, pour être sûre qu'elles seraient épanouies aujourd'hui. Parmi la multitude de bottes alignées dans le grand bac au centre commercial, j'ai choisi le bouquet dont je pouvais deviner la blancheur des fleurs.

J'ai laissé les jonquilles s'ouvrir dans un grand vase puis j'ai fait mon bouquet avec quelques branches de noisetiers, quelques bruyères blanches encore endormies...



Un vase de céramique terre verte en guise de jardinière, une potée parfait simulacre du printemps à venir.


Si j'avais prévu la neige, j'aurais peut-être craqué pour plus de couleurs. Mais malgré la pâleur, ces étoiles parlent de renouveau!

Bon dimanche à tous!

Promesses

Sur mon chemin, le printemps avec ses "premiers" Première étoile bleue dans l'ombre ocre des feuilles mortes ...