mercredi 27 janvier 2016

Sainte Apolline

Une journée grise et humide...  une envie de se dégourdir les jambes, de marcher pour secouer la léthargie cotonneuse des jours sans occupation... Je suis retournée dans un endroit que j'aime beaucoup, la Chapelle et le Pont de Sainte Apolline...
Pendant longtemps, ce nom désuet ne présentait pour moi aucun intérêt, je croyais à un hameau en bordure de la ville. Puis au hasard de mes recherches sur le Chemin de St-Jacques de Compostelle, je tombais sur une photo de l'arcade superbe du pont...


La construction actuelle date du 16ème ou du 17ème siècle, mais d'autres ponts l'avaient précédé puisque la première mention de ce passage date de 1243.
La première chapelle, elle, date de 1143... Sainte Apolline, martyre à qui l'on arracha les dents avant de la brûler, était invoquée pour guérir les maux de dents... On aurait retrouvé de nombreuses dents cariées autour de la petite chapelle.


Hormis ces détails macabres, l'endroit est charmant, tout empreint d'histoire, à l'écart désormais de la circulation. La chapelle est fleurie encore aujourd'hui et les passant allument parfois des bougies...



Très fréquenté autrefois, seuls quelques marcheurs troublent aujourd'hui le calme du lieu, et  l'on peut entendre la rivière en contrebas parmi les cris des mésanges et des sittelles.
J'ai flâné longtemps ce dimanche dans les chemins creux, le long d'un ruisseau affluent, m'imprégnant de cette atmosphère d'hiver médiéval... comme un retour en arrière dans un imaginaire collectif.



Simple plaisir

d'une pratique retrouvée : le bouquet, cueilli aux petites heures, que l'on soit dimanche ou un autre jour! Alchémille et rose ...