Moissac

Ce nom évoque inévitablement la blondeur d'un raisin plein de soleil au goût caractéristique, mais nous nous y sommes rendus pour voir le cloître de l'Abbaye clunisienne de St-Pierre, sur le chemin de St-Jacques-de-Compostelle.
La découverte fut à la hauteur de mes attentes : le cloître roman, bien sûr, dont chaque colonne est différente des 115 autres.




Un lieu d'une très belle cohérence, la pierre blonde semblant ajouter à la douceur et au calme dégagé par ces lieux de méditation. Nous nous y sommes promenés longtemps, pour jouir des entre-temps laissés par les arrivées des cars de touristes.
Ce sentiment "hors du temps" se prolonge dans l'abbatiale elle-même, dont j'ai admiré le décor pictural, restauré à l'identique.


L'orgue, qui a été lui aussi plusieurs fois "repris", mais dont le buffet est original (XVIIe siècle), participe à l'élégance des lignes de la nef centrale. Un concert en ces lieux doit être une émotion musicale inoubliable!


Mais, mon coup de coeur, c'est une oeuvre "classique", qui ne me touche pas d'ordinaire : une Mise au tombeau, dont la sobriété des visages m'a frappée.

Mise au tombeau, bois polychrome, 1485
Visages que l'on pourrait reconnaître dans la rue, hors le costume et l'attitude. J'en ai tiré une galerie de portraits que je trouve fascinants par leur modernité.

Marie Madeleine 

Marie Salomé

Marie Cléophas

Apôtre Jean
Les interprétations diffèrent concernant les assistantes à cette mise au tombeau, les saintes femmes Marie Cléophas et Marie Salomé parfois indiquées comme "pleureuses". Je m'en tiens au texte figurant dans l'église, qui précise en outre, que le corps du Christ semble trop grand pour le tombeau, comme pour suggérer qu'il ne saurait y rester...

Beaucoup de passages dans cette église, les mêmes groupes, des couples guide à la main et APN de l'autre, des cyclistes - sans vélo, et pas de pélerins (?).  La solennité des lieux semblait imposer à tous de chuchoter pour ne rien détruire de leur beauté.

Les pélerins de Compostelle, sacs à dos, shorts et souliers de marche, se tenaient sous les arbres, à l'ombre. Profitant de la terrasse au soleil, nous nous sommes amusés à deviner lesquels portaient la coquille dans leur dos... Il y en avait bien moins que je le pensais!


Une matinée hors du temps, toute baignée d'histoire et de culture...

Commentaires

  1. Je ne connaissais que le raisin ;-) La belle lumière du cloitre m'attire...
    Bonne journée Gine :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime surtout les dentelles solaires de ta première image...
    Bonne journée, Gine !

    RépondreSupprimer
  3. superbe tes photos, les couleurs sont apaisantes....

    RépondreSupprimer
  4. un magnifique souvenir de notre voyage de l'année passé...et en plus, des grandes promenades en vélo le long du canal...bises

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique endroit que j'ai eu le plaisir de visiter aussi.

    RépondreSupprimer
  6. Superbe endroit et très belle série.

    RépondreSupprimer
  7. j'aime les cloîtres, je leur trouve une certaine perfection , est ce leur architecture et leur conception qui aide l'esprit à se poser ?
    Tes photos sont magnifiques et les visages sublimes.
    Douce journée Gine

    RépondreSupprimer
  8. Ton billet me donne envie d'y retourner ! Le cloître est splendide !!!
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  9. J'avais apprécié le visage que tu avais publié pour le défifoto, mais je suis très intéressée par les autres de cette mise au tombeau qui n'a rien du classicisme ordinaire. Comme si le sculpteur s'était vraiment inspiré de visages connus de lui.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !