Dans la forêt

Nous sommes partis ce matin "à la fraîche", pour essayer de voir quelques insectes dans une vieille jachère ... Le soleil s'était déjà levé, mais la lune traînait encore ... et l'air était frais !


Certainement trop frais pour les insectes : nous avons beau écarquiller l'oeil et retenir notre souffle, seul un papillon tout abîmé dort dans la rosée ... La jachère a d'ailleurs disparu, remplacée par une prairie sauvage piquetée de jeunes bouleaux. Nous empruntons le chemin qui nous mène dans la forêt ... et nous pénétrons dans un monde d'ombres et de lumières.

Les oiseaux pépient déjà, et l'on reconnaît sittelles, mésanges, fauvettes ... Un merle farfouille un peu plus loin dans un tas de feuilles sèches. Un petit pic martèle un tronc, juste interrompu par notre intrusion. Nous marchons dans l'odeur du sous-bois, putréfaction, moisissure, champignons ...

En voilà un qui à la faveur d'une tache de soleil perce l'humus et surgit , tel un troll avec son chapeau pointu.

Ceux-ci paraissent nés pour l'ombre et leurs couleurs vénéneuses les camouflent à merveille.

Dans une sapinière, cette danseuse a échappé au piétinement des champignonneurs  protégée par un tronc contre lequel elle a eu la sagesse de s'appuyer.

Nous tournons dans des sentes grasses, les herbes craquent sous nos pas, toute gorgées d'eau. Une clairière s'ouvre et nous dominons les arbres sans voir la rivière que l'on sait couler entre le village et nous.

Nous admirons encore le piège de l'araignée qui brille dans les buissons et pendant que nous nous laissons tenter par les mûres, un rauquement sourd,  juste au-dessus de nous, dans la hêtraie, nous indique la présence d'un hibou moyen duc que nous avons certainement dérangé dans son sommeil matinal. Sa plainte nous laisse longtemps silencieux, saisis par le mystère et la magie ...

Mais, lentement,  la vie moderne nous rattrape: un avion de tourisme s'exerce, des vététistes dévalent le chemin caillouteux, des coureurs ahanent. Le sort est brisé.

Sur le chemin du retour, ça bourdonne dans les flaques de soleil, les insectes sont là maintenant, mais le coeur n'y est plus, comme si nous étions gavés de tout ce que nous avons déjà vu...

Commentaires

  1. J'aime ta manière de raconter ta balade et de nous faire partager tes découvertes :)

    RépondreSupprimer
  2. Tant pis, les insectes ce sera pour une autre fois. En tout cas j'apprécie beaucoup la troisième photo, avec ce clair obscur typique des sous-bois. Merci pour la balade.

    RépondreSupprimer
  3. Tu sais nous captiver par tes récits....j'aime beaucoup tes textes.
    Tes dernières photos sont très belles.
    Bon début de semaine. Anabel

    RépondreSupprimer
  4. Une promenade à la fraîche comme je les aime, quand tout est encore "neuf", un très beau récit, également...

    RépondreSupprimer
  5. There is autumn in the air - I love your images, almost can smell the air in the forest:)

    RépondreSupprimer
  6. très sympa cette ballade matinale gine!
    j'adore tes textes et tes photos sont super agréables..........

    RépondreSupprimer
  7. Tes textes me captivent ... c'est si bien écrit ...

    Merci pour ton petit mot, c'est vrai que le vert est beaucoup plus vert maintenant !

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  8. Qu'elle est belle ta sortie en forêt, je l'ai vécue de bout en bout vraiment...tout comme le retour, toujours difficile, je connais...
    Merci Gine

    RépondreSupprimer
  9. "L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt" et c'est vrai que vous avez vu, entendu , perçu la magie de la forêt au petit matin.
    Une belle description qui m'a plongé un moment dans les sous-bois.Super
    Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !