Tyrol, Wilder Kaiser

Vivre au pied de la montagne, dans sa présence bienveillante ... Lever les yeux pour suivre la course du temps.
Du matin, où le roc sévère surgit du brouillard qui laisse encore une écharpe de mousseline traîner derrière lui,


jusqu'à midi, où la lumière durcit le relief et permet de détailler les cavités, les pics, les ravins, comme autant de signes distinctifs d'un visage familier.


Le soir, la montagne paraît moins glacée et sa rigidité pétrifiée s'adoucit, toute éclaboussée de poudre dorée,


et finalement, ce sera le gris apaisant qui gagnera les sommets, avant que la nuit n'envahisse le ciel.


Tous les jours, la montagne est là, immuable, témoin impassible de l'agitation quotidienne et dérisoire de ma petite vie. 

Commentaires

  1. Une belle montagne bercée par la douce musique de ton beau texte...

    RépondreSupprimer
  2. Superbe de pouvoir admirer ces montagnes tout au long d'une journée. Quelle belle lumière.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a eu Cezanne et la Ste Victoire, il y a aussi desormais Gine et le Wilder Kaiser!Magnifique post!

    RépondreSupprimer
  4. très joli balade dans une région à découvrir ,très belle lumière de fin de journée

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !