Sagrada Familia

Je ne pouvais  pas ne pas vous parler de Gaudi, l'architecte qui a marqué la ville de Barcelone ... J'ai profité de cette escapade pour voir ses oeuvres, passant d'un quartier à l'autre, pour en admirer le plus possible, sans jamais m'en lasser. A commencer par le monument le plus visité d'Espagne, toujours en construction pourtant : la cathédrale de la Sagrada Familia dont vous pouvez tout lire ici.

Ma seule et unique visite datait de ... 1973. J'ai recherché les photos prises à cette époque ...
Façade de la Passion, 1973

Façade de la Passion, 2011
J'avais oublié qu'il n'y avait pas de voûte à l'époque. Je me souviens avoir été persuadée que l'on en arriverait jamais au bout ... c'était aussi gigantesque que la Tour de Babel
Le choeur, en 1973

Le choeur, en 2011
J'avais d'abord été rebutée, puis ensuite complètement charmée par l'énergie qui débordait de ce chantier ... Il n'y avait pas de parterre et nous devions marcher sur des passerelles. Il n'était pas possible de photographier certains endroits. Comme aujourd'hui, beaucoup de zones étaient inaccessibles et cela m'avait frustrée !
"Intérieur" et rosace, 1973

Intérieur et rosace, 2011
Cette année, l'émotion était présente, très forte. Malgré le déferlement des visiteurs, l'ambiance était presque au recueillement, tant le jeu de la lumière, les détails architecturaux, la hauteur des voûtes enfin , imposaient le chuchotement. On sentait l'admiration de tous.


J'ai admiré partout la lumière savamment captée et plus particulièrement des têtes de colonnes reflétant le soleil entrant par les ouvertures latérales. Aucune lumière artificielle, si ce n'est la guirlande d'ampoules sur l'autel. L'atmosphère n'en était que plus solennelle. J'ai eu de la peine à m'arracher à la fascination, découvrant de nouveaux détails enthousiasmants, les uns après les autres ... Voir aussi mon billet sous Les Images de Gine.
Depuis le Parc Monjuic, on voit la Sagrada Familia qui se détache haut sur la ville, dominée par les grues ... Le chantier est loin d'être fini, malgré l'intense activité qui y règne, et aujourd'hui, malgré l'avancement constaté, je me pose la même question qu'en 1973, la verrai-je un jour terminée ?



Photo retrouvée : Gine en photographe perplexe, 1973


Commentaires

  1. Un construction impressionnante! Je comprends ton émotion...

    RépondreSupprimer
  2. Quelle bonne idée ces tandems d'images, j'aime bien votre présentation.

    RépondreSupprimer
  3. Fabuleux, ton "now and then"! :o)
    En la decouvrant, j'ai mieux compris le defi architectural; Gaudi voulait que les formes epousent celles trouvées dans la nature, dans les fleurs, feuilles, troncs, etc..Le defi est que tout ou presque est en courbe, et que c'est difficile a rendre; Je simplifie, bien sur. Mais la demarche est là, a la fois simple et immense, et le resultat est plein d'emotion; Quant à la voir finie, c'est une autre histoire...

    RépondreSupprimer
  4. It's such an amazing church! Hope I'll see it one day in real life!

    RépondreSupprimer
  5. Je suis un grand fan de Gaudi. Ma visite de Barcelone m'a laissé sur ma faim et je compte bien y retourner.

    RépondreSupprimer
  6. c'est aussi une belle utopie ! En verrons nous la fin un jour .....
    j'ai beaucoup aimé la visite aussi c'est impressionnant et majestueux ...quelle recherche dans les symboles et la représentation des "personnages"

    RépondreSupprimer
  7. avant - après..comme dans les magazines féminins des années 70..superbe!

    RépondreSupprimer
  8. Merci de nous permettre de découvrir l'évolution des travaux. Je trouve que l'aspect quasi tragique de 1973 laisse maintenant la place à la poésie et au fantastique de l'imagination de Gaudi.

    RépondreSupprimer
  9. Et dire que je n'y suis jamais allée ! Heureusement qu'il y a les blogs !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Boîte à blabla ... Partageons !